Conférences Manga Ⅳ

Samedi
16 h
Les dessous de la méthode Ki-oon

Depuis 2012, l’éditeur Ki-oon bouscule les pratiques du marché du manga francophone en dénichant de nouveaux talents japonais, en créant des mangas en collaboration directe avec eux et en les éditant en France avant qu’ils ne le soient au Japon.
Passant outre les éditeurs japonais traditionnels et leurs habitudes éditoriales, Ki-oon a fait de cette idée une marque de fabrique.

   
Tetsuya Tsutsui fut un des premiers mangaka à travailler main dans la main avec Ki-oon.

Quels sont les dessous de telles créations ?
Comment se déroule la recherche de nouveaux auteurs, la création des projets et le processus éditorial quand 10 000 km séparent l’auteur de son éditeur ?
Et quelles libertés les mangakas japonais peuvent-ils espérer trouver en acceptant de travailler directement avec un éditeur français ?

   
Beyond the Coulds, Lost Children et Sous un ciel nouveau, trois créations pour trois genres très différents.

Ahmed Agne, directeur éditorial des éditions Ki-oon, viendra nous parler des processus à l’œuvre dans sa maison d’édition lors de cette conférence.

Intervenants :

Ahmed Agne

 C’est en 2003 qu’Ahmed Agne, avec Cécile Pournin, crée les éditions Ki-oon. Il faudra attendre mars 2004 pour la sortie du premier manga de l’éditeur mais la machine est lancée !

Tout petit déjà, Ahmed était captivé par les mangas et l’animation japonaise. Dès le lycée, il apprend la langue en autodidacte et finira même, dans le cadre d’un programme d’échanges, par vivre deux ans au Japon. En rentrant en France, il ne se retrouve pas dans le paysage éditorial. Avec Cécile, ils décident donc de lancer leur propre maison d’édition.

Depuis 15 ans maintenant, Ahmed Agne, armé de sa PASSION et de sa vision éditoriale sans pareil, remue le paysage du manga. Ki-oon est aujourd’hui le quatrième éditeur de mangas en France – et le premier indépendant – avec des titres forts, tels que A Silent Voice, Beastars ou My Hero Academia.

Dimanche
11 h 30
Global manga : un manga à part entière au-delà des clichés ?

Le format manga est issu de l’histoire du Japon, de sa culture de l’image et de sa rencontre avec la BD occidentale. Tout cela a formé un certain nombre de codes graphiques, de repères de narration, de figures de style en tous genres qui sont propres au manga et qu’on reconnaît au premier coup d’œil. 

Pourtant, loin de ne parler qu’aux seuls Japonais, ce format de récit a su conquérir un public un peu partout dans le monde. Parmi ce public, une nouvelle génération d’auteurs du monde entier, fortement influencés par le manga cherche aujourd’hui à s’en réapproprier les codes et les usages, pour produire leur propres œuvres.

  
Scarlet Soul, Space Duck RG et Deep Scar (H2T). Trois mangas dont les auteurs sont italiens.

Cela donne des mangas d’auteurs internationaux, qu’on appelle parfois d’un terme différent selon le pays : manwa (Corée), manhua (Chine), manfra (France)… pouvant tous être regroupés sous l’expression manga international ou global manga.

Ce type d’œuvres est souvent jugé un peu à la hâte par les lecteurs habitués aux mangas de fabrication japonaise, et sont en outre difficiles à classer. 

Leurs auteurs, qui baignent dans une culture différente des Japonais, ont-il vraiment compris l’essence du manga ? Est-ce encore du manga ? Est-ce de la BD ? Est-ce autre chose ? Faut-il les éditer en sens de lecture occidental ou japonais ?

  
                Carciphona (chattochatto) et TODAG (Nazca). 

Pour démêler tout ça, nous vous proposons une table ronde sur le global manga animée par Marcy de Mangacast.

La discussion se fera entre trois jeunes éditeurs présents dans la convention : H2T, chattochatto et Nazca. Ils éditent tous, chacun à leur manière, des titres d’auteurs non japonais. Ils pourront donc confronter leurs façons d’aborder ce sujet.

Intervenants :

Nicolas Galiano

Nicolas Galiano est le directeur éditorial des éditions chattochatto.
Après avoir terminé des études de Patrimoine immatériel et gestion de l’information, il crée en 2018 avec Navid Galiano les éditions chattochatto, avec pour vocation de faire découvrir de nouveaux talents et accorder à chaque titre la visibilité qui leur est due.

Mahmoud Larguem

Apres 5 ans à la tête d’une librairie spécialisée dans le manga, Mahmoud Larguem crée en 2016 les Éditions H2T (Hydre à deux têtes), une maison d'édition spécialisée dans la création de mangas en France. Il est aujourd’hui le directeur éditorial des Éditions H2T, devenues le pôle de création de Pika Édition. Il est aussi le co-fondateur de la plateforme de prépublication numérique Weekly Comics.

Benjamin Maisak

Benjamin Maisak est chargé de la communication et de la distribution pour Nazca Éditions. Bref, c’est lui qui murmure à l’oreille des libraires.

Marcy Zhang

Aujourd’hui anonyme retraitée, Marcy a longtemps côtoyé le monde de l’animation et ses différents acteurs de façon amateur comme professionnelle.
Véritable touche à tout elle a, entre autre, fondé la librairie Dailymanga, été la rédactrice en chef du magazine Shôjo Mag, le tout en passant par certains éditeurs, le fanzinat ou le cosplay.
Aujourd’hui elle coule des jours heureux en achetant le moindre titre shôjo et en participant à Mangacast, le podcast bimensuel.