Conférences animé 5555

Horaire à venir
La programmation de séries d’animation sur les chaînes TV

Comment s’organise la programmation d’une chaîne TV ? Qui décide de l’horaire de passage de nos animés tant attendus ? Pourquoi si peu de chaînes françaises s’orientent vers un public ado/adultes ?


Exemple de conducteur pour la chaîne Mangas.

À l’heure du tout numérique et des plateformes de SVOD, l’animation japonaise reste diffusée sur quelques canaux spécialisés, et revient timidement sur certaines chaînes généralistes. Entre simulcasts, exclusivités et œuvres cultes qui ont marqué les téléspectateurs français, les choix de programmation peuvent parfois être difficiles à appréhender.


La régie finale de la chaîne France 4.

Sylvain Dreyer, chargé de programmation de la chaîne Mangas, nous expliquera comment s’organise une chaîne TV, de l’acquisition des programmes à leur diffusion, en passant par la création de bandes-annonces, le replay et les règles du CSA. Il sera accompagné de Gaël Duluc, chargé de diffusion de la chaîne France 4 et membre de l’association Nijikai.

 

 

 

 
 
 

Intervenants :

Sylvain Dreyer

Ayant débuté dans la technique audiovisuelle, Sylvain Dreyer s’est progressivement spécialisé dans les domaines de la programmation et de l’antenne. Travaillant pour différentes chaînes de télévision depuis près de 15 ans, il est parvenu à conjuguer ses compétences professionnelles et son intérêt pour la culture japonaise. Après une collaboration au long cours avec la chaîne indépendante Nolife, il œuvre aujourd’hui pour la chaîne thématique Mangas (groupe Mediawan).
Il est également un observateur privilégié de l’évolution des usages et de l’essor des plateformes de SVOD, généralistes comme spécialisées. Par ailleurs auteur et réalisateur, il a proposé une série documentaire consacrée aux coulisses de Japan Expo, et signe aujourd’hui les textes de l’émission Actu Mangas Seinen.

 
 

Gaël Duluc

Depuis toujours, Gaël Duluc a voulu travailler « derrière la télévision ». C’est donc par vocation qu’il est devenu technicien d’exploitation en régie finale. Il travaille depuis 8 ans à la diffusion de chaînes TV orientées jeunesse et s’occupe actuellement de France 4 jusqu’à sa fermeture en août 2020.

Gaël est aussi membre de l’association Nijikai.

 
Horaire à venir
Aya Suzuki : la transition papier/numérique dans l’animation 2D japonaise

Après avoir vécu une première révolution numérique au début des années 2000, quand les studios ont migré leurs chaînes de production du cellulo vers le numérique, l’animation japonaise en connaît actuellement une deuxième avec la transition du dessin sur papier vers le dessin à la tablette graphique.


Layout des Enfant Loups, sur papier, par Aya Suzuki

Les jeunes animateurs qui exercent aujourd’hui au Japon sont de plus en plus formés aux technologies de dessin numérique. Ils sont habitués à utiliser les possibilités nouvelles qu’elles permettent, et auraient bien du mal à s’en passer.

Ce changement bouscule les habitudes au sein d’un milieu où, traditionnellement, tous les studios ont les mêmes méthodes de travail, afin de mieux pouvoir sous-traiter et collaborer.
Quels sont les enjeux de cette transition ? Quels avantages et inconvénients apporte-t-elle ? Et quelles sont les réticences auxquelles elle se heurte auprès des professionnels du milieu ?


Animation en dessin numérique sur L'Île aux Chiens, par Aya Suzuki

 
Pour en parler, l’animatrice Aya Suzuki vous présentera toutes les facettes de cette problématique durant deux heures, en s’appuyant sur son expérience en la matière, illustrée par son riche parcours entre Japon, Europe et Amérique. Sa présence sur le salon sera également l’occasion de participer à des rencontres et séances de dédicaces.

 


Bande démo d’Aya Suzuki
 
 
 

Intervenants :

Aya Suzuki

Aya Suzuki est une animatrice, artiste layout et storyboardeuse anglo-japonaise dont la carrière atypique s’est déployée à l’international. Sa polyvalence en tant qu’artiste lui a permis de travailler sur des projets très hétéroclites, qu’ils soient américains, japonais ou européens.

Elle a ainsi été directrice d’animation sur la série Disney 101, rue des Dalmatiens, mais a aussi œuvré sur la version live d’Aladdin réalisée par Guy Ritchie, L’île aux chiens de Wes Anderson, L’illusionniste de Sylvain Chomet, Le vent se lève de Hayao Miyazaki, Les enfants loups de Mamoru Hosoda, Dreaming Machine du regretté Satoshi Kon, Ping Pong de Masaaki Yuasa, et beaucoup d’autres. Elle a également été consultante auprès des studios WIT (sur L’attaque des titans) et Trigger (sur Little Witch Academia), pour les conseiller sur leur transition du médium papier vers la tablette graphique.

Aya Suzuki travaille actuellement sur un projet de long-métrage de Warner Brothers. Elle voyage également à travers le monde pour enseigner et partager ses expériences professionnelles dans des universités, festivals et conventions.

 
 
Horaire à venir
Auctorialité : qui est l’auteur d’un film d’animation ?

Loin de l’approche « classique », où un artiste seul maîtrisait la création de l’intégralité d’une œuvre, la création audiovisuelle contemporaine fait intervenir des dizaines, parfois des centaines de personnes avant d’aboutir à une œuvre complète.

Le cinéma d’animation, en particulier, produit des œuvres issues du travail commun de nombreux acteurs (producteur, réalisateur, animateurs, storyboardeurs…), qui ont tous un rôle à jouer dans le processus créatif. 


Une équipe de production qui cherche la bonne direction pour son projet

Dans ce contexte, il convient de se demander qui peut légitimement être appelé « auteur » parmi les différents acteurs de la production d’animation. C’est une question complexe, qui soulève autant de problématiques légales, morales, sociales… Elle a, en particulier, de profondes répercussions sur les modes de rémunérations, et sur la pratique actuelle de l’édition et de la distribution


Même le réalisateur n’a pas toujours le dernier mot

Pour traiter de cette question essentielle à la compréhension de la création d’animation aujourd’hui, nous accueillerons Jean-Baptiste Scherrer, universitaire spécialiste de ces questions.

 

Intervenants :

Jean-Baptiste Scherrer

Jean-Baptiste Scherrer est doctorant en droit de la propriété intellectuelle, droits fondamentaux et droit comparé à l’université Paris Ⅰ Panthéon-Sorbonne.

Spécialiste de l’animation japonaise, il a écrit plusieurs études sur Sky Crawlers, le studio 4°C, la représentation du loup dans l’animation japonaise, et la figure de la métamorphose dans les films de Mamoru Hosoda.

Il a également réalisé un mémoire sur l’auctorialité du film d’animation au sein de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Enfin, il est le réalisateur du documentaire Tokyo 17, retraçant les particularités de l’animation au Japon au travers de multiples interviews (Kōji Yamamura, Hiroyuki YamagaYasuhiro Irie…)

 

 
Horaire à venir
Assembler l’animation : le compositing

Le compositing, dernière étape de la production d’une animation, n’est pas la partie la plus connue dans la création animée. C’est pourtant un maillon essentiel de la fabrication d’un anime, puisque c’est là que l’animation « prend vie », en quelque sorte : c’est à cette étape que les différentes suites de dessins et le décor sont assemblés pour donner un plan finalisé


Début de schéma de description du compositing - © 2016 Furansujin Connection

Plus qu’un simple assemblage mécanique, le compositing est aussi l’occasion d’affiner les choses et de travailler l’image. On y règle la lumière, ajoute des effets spéciaux, des filtres de couleur, des mouvements de caméra, etc. À la sortie, on obtient une séquence vidéo avec l’image construite d’un plan donné.


Différentes étapes d’un même plan (2019 - Maliki / Yapiko animation)

Pour parler de tout cela, nous recevrons Lucas Cisterne, qui a travaillé en tant qu’opérateur de compositing sur plusieurs animés comme Demon Slayer ou Fate/stay night: Heaven’s Feel. Durant un peu plus d’une heure, il détaillera les différentes facettes de cette étape cruciale qui fait le pont entre production et post-production. Il en profitera même pour faire une petite démonstration, en assemblant un court plan d’animation, directement sur place !

 
 
 
 

Intervenants :

Lucas Cisterne

Lucas Cisterne est un opérateur compositing, décorateur et artiste 3D vivant au Japon.
 
Il a travaillé sur des titres comme Demon Slayer, Fate/stay night: Heaven’s Feel, Maliki, et d’autres projets, occidentaux ou non.