? Résultats du jury des stands créatifs de Jonetsu 5555

Les e-mails de résultats des candidatures pour les stands créatifs ont été envoyés le week-end dernier. Merci à tous d’avoir postulé !

Au final, nous avons totalisé 143 demandes de stand. Et cette année encore, la qualité de l’ensemble a grimpé vers de nouveaux sommets. Nous avons découvert quantité d’artistes extrêmement talentueux dans ces candidatures, vous nous avez vraiment impressionnés !

Comme l’an dernier, nous allons nous prêter à un petit exercice d’analyse des résultats de cette 5e session de candidatures.

Fonctionnement de la sélection

À Jonetsu, la sélection des stands fonctionne au moyen d’un jury depuis la première édition. Mais cette année, face à l’augmentation du nombres de demandes, il a subi quelques modifications notables dans son fonctionnement.

6 personnes se sont attelées à la tâche complexe d’analyser les plus de 140 demandes que nous avons reçues pour Jonetsu 5555. Le jury était composé de 3 membres de l’association Nijikai, et de 3 artistes choisis parmi les exposants des éditions précédentes et qui n’avaient pas postulé cette année. Encore merci à eux pour le temps qu’ils nous ont consacré !

Pour chaque demande, il était demandé aux jurés de se prononcer sur la qualité technique des participants en moyenne, l’originalité générale du stand, la proportion entre fanarts et originaux, la diversité des produits proposés… Mais il leur fallait aussi en donner une appréciation personnelle.

Une règle a cependant été plus strictement appliquée : le ratio d’occupation d’un stand ne devait pas influer sur son évaluation. Pour tout dire, le nombre de tables demandé par les stands n’était pas communiqué aux jurés, justement pour ne pas les biaiser. Nous verrons plus bas que c’est un choix lourd de conséquences.

Une fois les classements de tous les jurés effectués et mis en commun, le jury s’est réuni pour débattre. Chaque juré était invité à présenter un certain nombre de candidatures dont il trouvait l’évaluation finale inadéquate. À la fin du temps imparti pour les débats, les membres du jury pouvaient modifier leur évaluation s’ils le souhaitaient.

Vous vous en doutez, examiner autant de candidatures prend un certain temps, ce qui fait que le jury n’a pu se réunir qu’assez tard cette année. Cependant, grâce aux modifications sur le système d’évaluation avant débats, la session de jury de cette année a pu être faite dans des conditions acceptables. Il a fallu 3 heures de délibérations pour 143 candidatures, là où Jonetsu Ⅳ en avait pris plus du double pour 75.

Après la tenue du jury, certaines variables d’ajustement automatiques ont été appliquées au classement. En particulier, un système a été mis en place pour renouveler plus efficacement les artistes présents dans la convention. Pour cela, il tient compte du nombre d’éditions d’affilées où un artiste a exposé à Jonetsu ainsi que le renouvellement des produits qu’il propose. Il est bien entendu remis à zéro dès qu’un exposant saute une édition, permettant un roulement sans pénaliser durablement les artistes.

Ce système nous a semblé juste pour permettre à de nouveaux artistes d’exister dans la convention, et au public de découvrir de nouveaux univers artistiques. Lors du dévoilement des résultats, nous avons ainsi vu des têtes connues tomber hors de la liste des acceptés ou de la liste d’attente. Ils se reconnaîtront sûrement, mais nous tenons à leur dire clairement ici : cela n’est en aucun cas une remise en cause des qualités de votre art. On vous adore (comme tous nos artistes), et ce couperet nous a fait vraiment mal, encore plus que l’année dernière ?. Nous espérons vraiment vous revoir dans les candidatures de l’année prochaine !

Résultats globaux

On vous le disait à la clôture des inscriptions : il était évident qu’avec autant de demandes, pour un nombre de tables similaire aux deux années précédentes, la proportion de stands acceptés allait être assez faible, cette année.

Et c’est le premier constat, sans appel, qui s’est imposé à nous lors de l’arrivée des résultats :

Dans le détail, cela donne les chiffres suivants.

  • 30 stands acceptés, soit 58 artistes.
  • 16 demandes placées sur liste d’attente. Leurs artistes seront recontactés dans l’ordre du classement du jury en cas de désistement d’un autre stand de même taille. Cela arrive plus fréquemment qu’on ne le croit, alors ne perdez pas espoir !
  • 91 demandes n’ont pas été sélectionnées par le jury et ne pourront pas être prises cette année. Cela totalise le chiffre totalement désarmant de 155 artistes.
  • 1 demande était complètement hors-sujet. Il s’agissait visiblement d’un test « bidon » pour voir si le formulaire fonctionnait.
  • 5 standssont revenus vers nous pour annuler leur candidature avant que le jury n’ait eu lieu.

En comparant le nombre de stands acceptés à celui des demandes sur ces dernières années, on voit encore plus nettement le plafond auquel nous devons faire face à cause de la taille de nos espaces :

Si l’on regarde le détail des précédentes éditions, l’évolution n’est pas celle que nous espérions. Nous peinons même à égaler le nombre d’artistes acceptés dans la convention l’année dernière.

Stands en liste d’attente

On le disait plus haut, mais il ne faut surtout pas perdre espoir lorsqu’on est sur liste d’attente à Jonetsu. Voici ce que cela donnait les années précédentes :

Chaque année, nous avons plusieurs désistements parmi les sélectionnés. Cela peut être pour des raisons diverses (candidature acceptée à une autre convention, soucis de transport ou d’hébergement, imprévus, etc.). À noter qu’il nous arrive également d’avoir des désistements parmi les stands éditeurs, marchands ou activités. Lorsque cela est possible, ils sont alors remplacés par des stands créatifs, augmentant ainsi le nombre d’artistes présents.

Cela a donc une autre conséquence : le nombre réel de types de stands, nombre d’artistes, etc. dans la convention n’est pas exactement le même que ce que donnent les chiffres obtenus juste après le jury. Dans la suite de cet article, vous verrez les taux réels des éditions précédentes (bien entendu, on ne les connaît pas encore pour Jonetsu 5555).

Types de stands

Cette année, la conception du plan des modules de la salle est allée très vite. La disposition de Jonetsu Ⅳ nous semblait optimale, et nous lui avons simplement fait quelques ajustement mineurs.

Après avoir placé les quelques stands éditeurs, marchands et activités que nous prévoyons cette année, il restait 68 modules disponibles pour les exposants créatifs. Étant entendu que notre module de base est maintenant d’une demi-table, cela fait 34 tables. Elles ont été réparties comme suit :

On voit que c’est la répartition « naturelle » qui s’est imposée, c’est-à-dire qu’on a des proportions semblables à celles qu’on pouvait trouver dans les demandes.

Si l’on regarde sous un autre angle, les résultats par type de stand montrent bien quelque chose d’assez équilibré :

On constate néanmoins un léger avantage d’acceptation pour les stands 3 demi-tables et 2 tables (et donc à 3 ou 4 artistes). Signe qu’il est toujours bénéfique pour les postulants de se réunir à plusieurs sur un même stand. Cela favorise naturellement la diversité des styles et des produits proposés par le stand, et c’est quelque chose qui rentre en ligne de compte dans son appréciation.

Taux d’occupation des tables par des artistes

Le ratio d’artistes par table suit cette tendance en étant très proche de celui observable dans les demandes.

Pour expliquer cette répartition « naturelle », il n’y a pas à chercher bien loin : nous en parlions plus haut, ce ratio n’a pas du tout été pris en compte cette année dans l’évaluation du jury. En effet, nous savons que certains artistes seuls ont besoin d’une table pleine pour pouvoir exposer leurs marchandises et nous ne voulions pas les pénaliser à cause de cette nouvelle offre. Cela nous permettait également de voir si l’offre de demi-tables suffirait à remonter le nombre d’acceptations sans intervention supplémentaire.

La conséquence visible de ce choix est que, pour la première fois, le ratio après jury n’est pas supérieur au ratio des demandes. Au final, l’offre par demi-table telle qu’elle a été pratiquée cette année n’a donc eu qu’un effet très limité sur notre densité d’accueil.

Le gain par rapport à Jonetsu Ⅳ est faible, mais ce ratio d’artistes par table est malgré tout le plus élevé jamais atteint par la convention. On peut raisonnablement penser que l’occupation réelle sur place sera du même ordre, car son évolution suite aux désistements reste généralement assez marginale.

Taux de renouvellement

Les courbes qui suivent ne sont pas forcément très parlantes, alors voici une petite description :

  • Le taux de nouvelles demandes représente la proportion de demandes émanant d’artistes qui n’avaient jamais candidaté à Jonetsu auparavant.
  • Le taux de renouvellement des stands dans les demandes montre quelle proportion de demandes ont été faites par des personnes n’ayant jamais exposé à Jonetsu.
  • Le taux de renouvellement après jury présente la proportion de stands acceptés qui n’avaient jamais exposé auparavant.
  • Le taux de renouvellement réel montre la proportions de stands présents à une édition qui n’avaient jamais exposé auparavant.

Devant l’afflux des demandes, depuis Jonetsu Ⅳ, nous veillons à ce que ce ne soient pas toujours les mêmes personnes qui puissent bénéficier d’un stand dans la convention. L’année dernière, cela avait été fait directement lors du jury, de façon un peu aléatoire. Cette année, la mise en place de notre nouveau système semble montrer ses fruits, puisque plus de la moitié des artistes sélectionnés par le jury n’avaient jamais exposé à Jonetsu.

Mais il nous reste tout de même du chemin à parcourir pour pouvoir contenter tout le monde. En effet, on observe une différence croissante entre la courbe des nouvelles demandes et celle du renouvellement en demandes. Cet écart, de l’ordre de 12,5% cette année, est un autre marqueur important pour nous : il montre la proportion des personnes qui ont candidaté plusieurs fois à Jonetsu sans être acceptées.

À ceux-là, nous ne pouvons dire qu’une chose : persévérez. Nous n’avons pas beaucoup de places, mais nous espérons vraiment en avoir une pour vous, un jour. Merci infiniment pour votre patience et votre confiance. ?

Enseignements et perspectives futures

En résumé, cette session de candidatures pour Jonetsu 5555 a été une source de pas mal de désillusions : le système de roulement automatique semble bien fonctionner pour donner leur chance à de nouveaux artistes, mais la nouvelle offre par demi-table, telle qu’elle a été pratiquée, n’a pas pu combler à elle seule le manque criant de place pour exposer.

Malgré cela, nous garderons cette répartition par demi-tables pour la suite, car elle a au moins le mérite d’offrir un choix plus modulaire et de s’adapter à des situations bien différentes. Nous n’y perdons rien et les artistes y gagnent, notamment les artistes seuls qui n’ont pas beaucoup à débourser pour ce nouveau module de base.

Idées d’améliorations

Vous vous en doutez, nous avons déjà commencé à réfléchir aux améliorations que nous pourrions mettre en place pour la suite. Ces points sont encore en débat et n’ont aucune garantie d’être appliqués à terme.

  • Réduire la durée d’ouverture des candidatures.
    100 jours, c’est largement plus que ce qu’il nous faut pour remplir toutes les places disponibles, liste d’attente incluse. Nous avons atteint ce seuil en moins d’un mois, cette année. Bien entendu, nous savons que ça ne va pas mécaniquement baisser les candidatures, et qu’elles vont être simplement concentrées ; mais cela permettrait, en revanche, de réaliser la sélection plus tôt, et donc d’améliorer le confort de préparation pour tous les exposants.

  • Ne rendre accessibles les tables complètes qu’à des groupes d’au moins 2 artistes.
    Solution radicale pour forcer notre fameux ratio d’artistes par table à 100%, et maximiser notre nombre d’exposants. Nous connaissons vos contraintes de place et c’est donc l’un des points les plus difficiles à trancher pour nous.

  • Allouer préalablement une portion des tables à des artistes n’ayant jamais exposé.
    Idée assez récente, mais qui fait son chemin, en particulier à destination des personnes qui ont candidaté plusieurs fois sans succès. Reste à en définir les modalités, à voir si c’est applicable, etc.

  • Affiner la méthode de sélection du jury.
    Nous avons déjà noté quelques ajustements à faire dans nos critères : changer les pondérations, etc. C’est un des changements les plus probables à court terme.

En plus de ces quelques pistes de réflexion, nous sommes évidemment preneurs de vos retours, qui sont tous étudiés avec attention. N’hésitez donc surtout pas à réagir dans les commentaires de cet article ou sur les réseaux sociaux.

Mais il ne faut pas non plus se leurrer, ce n’est pas magique : tant que nous occuperons nos espaces actuels à Bourg-la-Reine, nous aurons moins de 40 tables à proposer aux stands créatifs.

Recherche de salles

Malgré le nombre proprement hallucinant de candidatures que nous recevons (143 ! Vous êtes complètement fous !), il convient de rappeler que nous restons une petite convention associative. Question public, nous avons eu 1 125 entrées lors de Jonetsu Ⅳ, et nos prévisions pour cette année restent dans ce même ordre de grandeur. Les deux salles de Bourg-la-Reine pouvant en accueillir jusqu’à 2 000, nous aurions normalement de quoi tenir encore plusieurs années avant d’être en sur-capacité.

Le nombre de demandes en stands créatifs est donc la principale variable qui nous pousse aujourd’hui à chercher de nouvelles salles.

Nous avons étudié une bonne trentaine de lieux en Île-de-France, mais aussi à Lille, à Strasbourg ou à Lyon. Plusieurs paramètres sont pris en compte : espace d’exposition sensiblement plus grand, salle de conférence confortable, accessibilité, perspectives d’évolution…

Pour vous faire une idée : grâce à l’implication et la générosité de la municipalité de Bourg-la-Reine, voici ce que Jonetsu occupe actuellement :

Salle Surface totale Surface d’expo
Les Colonnes750 m²600 m²
L’Agoreine 250 m²0 m²

Prix pour l’ensemble : ~ 3 500 €

Et voici un échantillon des quelques salles correspondant à nos critères, et pour lesquelles nous avons demandé les prix :

Ville Surface d’expo Tarif TTC
Paris1 800 m²72 000 €
Nanterre1 400 m²16 500 €
Massy1 500 m²16 000 €
Strasbourg2 900 m²45 000 €

C’est donc une marche énorme qu’il va nous falloir franchir en terme de budget et d’organisation. Cela ne se fera pas sans risque, et va demander du temps avant que nous soyons sûrs de pouvoir sauter le pas.

Conclusion

Voilà pour l’état de la situation de cette année. Nous espérons que cela aura levé certaines interrogations que vous pourriez avoir concernant les critères de sélection, le nombre et la forme des stands, ainsi que les différents choix que nous avons faits pour en assurer une répartition équitable. Cela a aussi été l’occasion pour nous d’améliorer notre système de statistiques. Certaines anciennes valeurs erronées ont été mises à jour à cette occasion.

Encore une fois, les postulants qui n’ont pas été sélectionnés ne doivent surtout pas se décourager.

Nous voulons que cela soit très clair : si nous pouvions fournir autant de stands que nous voulons le faire, nous aurions donné une place dans la convention à plus des trois quarts des candidatures sans l’ombre d’une hésitation !

Le niveau des candidatures de cette année était réellement dantesque. Vous n’avez de cesse de nous épater, et nous vous souhaitons vraiment, à tous, le meilleur dans tous les évènements auxquels vous souhaiteriez postuler. ?

3 comments on “? Résultats du jury des stands créatifs de Jonetsu 5555”

  1. Sedeto Répondre

    Merci pour ce compte-rendu très instructif et transparent !

    – « Ne rendre accessibles les tables complètes qu’à des groupes d’au moins 2 artistes. » : à mon sens, ce serait une bonne idée. Normalement si tout le monde fait un minimum de compte de stock, les artistes savent ce qu’ils vendent plus ou moins et peuvent en tenir compte pour sélectionner ce qu’ils vont mettre en avant. Mon seul bémol là-dessus, c’est qu’avoir une table ou une demi-table peut jouer sur la capacité à rentabiliser d’un artiste, donc ça peut remettre en cause sa possibilité de venir ou non – après ça baisse aussi le prix de son stand.

    – Quelque chose qui se fait au Japon et que je trouve chouette : l’argument de la « nouvelle publication ». Créer un nouveau doujin pour le Comiket est un argument supplémentaire pour y obtenir un stand et passer la sélection. Bien sûr, avec un marché moins centré sur le « livre/doujinshi » en France, ça mériterait peut-être une nuance (un nouveau set de goodies,de cartes… peut marcher aussi). Le fait de proposer de nouvelles mini-activités aussi (tombola, ichibankuji, gatcha…) étant un plus pour la convention et ses visiteurs, ça peut rentrer en compte à mon sens.
    Cela permet aussi d’assurer à Jonetsu du nouveau contenu exclusif dans ses allées, tout en rendant le salon et les stands des artistes plus attractifs.

    En tout cas je salue l’option de finir les inscriptions plus tôt, comme ça on a le temps d’imprimer et de penser à tout ça 😀

  2. Osankip Répondre

    Un article très intéressant, indiquant une volonté de transparence pour les visiteurs et les demandeurs de stands.
    Le nombre de demandes est fou. J’ai hâte de voir ce que le jury a sélectionné.
    Les prix pour les salles sont à palir ^^’ j’ espère pour vous que vous arriverez un jour à gravir la marche, en restant pas trop loin, sinon ca va être difficile de venir

  3. Kabu Répondre

    Merci pour ces retours.
    Ils seront pris en compte lors de notre révision de l’offre exposants pour les prochaines éditions.

    Concernant le fait de faire une production « spécifique » pour Jonetsu c’est assez délicat, car dans une certaine mesure cela revient à influer sur la production des artistes qui viennent exposer dans notre convention. C’est quelque chose que nous essayons d’éviter dans la mesure du possible. Ça fait partie de tout l’éventail de protection que nous essayons de mettre en place à destination des créatifs :
    – Pas de limite de prix de vente
    – Pas d’indication sur le contenu à vendre (s’il y a du H on essaie de placer le stand à un endroit approprié mais c’est tout)
    – Pas de concours d’affiche / commande spéciale pour la convention
    etc.

    C’est aussi pour cela que nous ne donnons pas dans cet article la pondération des différents critères d’évaluation. Nous ne voulons pas « formater » les artistes qui viennent exposer chez nous. Il faut absolument que vous restiez vous-même et que vous ne vous forciez pas à rentrer dans telle ou telle case pour être accepté. Nous voulons au maximum favoriser la diversité de styles, genres et supports et espérons avoir des critères suffisamment ouverts pour atteindre cet objectif.

    Tout cela étant dit, nous prenons déjà en compte de façon « globale » le renouvellement et la diversité des produits dans la sélection des stands pour les personnes ayant déjà exposé chez nous auparavant. Cela fait partie du système d’ajustement automatique des anciens stands : quelqu’un qui a plus de choses à offrir que l’année précédente sur son stand aura une « décote » moins importante que s’il revient avec des produits identiques.
    La nuance par rapport à ce qui est proposé par Seteto plus haut, c’est que la seule obligation est d’avoir quelque chose de plus que l’année d’avant, pas que cela sorte lors de Jonetsu ni que cela lui soit exclusif.

Répondre à Sedeto Annuler la réponse.