Le bilan de Jonetsu Ⅳ

Bonjour à tous ! La convention s’est terminée il y a un mois maintenant. Après nous être reposés, nous avons pu compiler la plupart les données du projet. Il est donc temps de faire un bilan détaillé de cette quatrième édition ! 😄

Jonetsu Ⅳ en quelques chiffres

Jonetsu Ⅳ, c’était :

  • 1 125 visiteurs ;
  • 381 préventes ;
  • 147 spectateurs pour Liz et l’oiseau bleu (sur 150 places disponibles) ;
  • 12 conférences couvrant 14h30 de durée par 17 intervenants ;
  • 2 séances de discussion en petit comité avec Yukio Takatsu et Masako Sakano ;
  • 17 participations au concours et défilé cosplay (10 solos et 7 groupes) pour un total de 27 participants ;
  • 38 stands cumulant 85 artistes et exposants ;
  • 600 sandwiches au poulet.

Ces chiffres sont globalement en hausse par rapport à l’année dernière.

Pour rappel, Jonetsu 3.33 c’était : 870 visiteurs, 203 préventes, 14h de conférences par 25 intervenants, 32 stands pour 70 artistes et exposants… et 500 sandwiches au poulet.

Fréquentation

Comme nous vous l’annoncions dans un précédent article, c’est la première fois que nous dépassons les 1 000 visiteurs.
Encore un énorme merci à vous !

1 125 visiteurs, cela correspond à 29 % d’augmentation de fréquentation par rapport à Jonetsu 3.33.

Mais il n’y a pas que la fréquentation qui a augmenté, il y a aussi eu une forte augmentation des préventes et de leur proportion parmi les entrées. Vous vous rappelez peut-être de notre graphique prévisionnel de préventes. Voici ce qu’il est devenu :

Les préventes en fonction du nombre de jours restant avant la convention

L’inflexion a commencé près de 10 jours avant les autres éditions. Nous avons donc dû revoir nos prévisions à la hausse. Mais même avec ça, vous avez littéralement explosé tous les compteurs : jamais la courbe n’est redescendue en dessous de notre ligne prévisionnelle.

Encore un grand merci à tous ceux qui nous ont fait confiance en prenant une prévente !

Disposition des espaces

Cette année, c’était aussi la première fois que nous gardions des salles identiques à une édition précédente. Le modèle Colonnes + Agoreine ayant prouvé son efficacité l’année dernière, nous avons profité du fait de garder une configuration similaire pour changer la disposition des espaces et améliorer les ambiances dans la convention.

La disposition verticale des Colonnes et l’espace lecture à l’Agoreine, nouveautés de cette édition

Les retours sont positifs : nos allées permettaient une meilleure circulation, et une meilleure visibilité des stands alors même que notre fréquentation s’est accrue.

La vue dégagée permise par la nouvelle disposition

En termes de population et de circulation, la convention apparaît toujours viable dans les Colonnes et l’Agoreine pour au moins une autre édition. Notre choix à ce sujet n’est cependant pas encore arrêté.

Budget

Côté finances, on va faire dans le simple et l’efficace. Voici le budget de Jonetsu Ⅳ en fin de projet :

Le budget de Jonetsu Ⅳ. La case en jaune est la seule créance qu’il nous reste à percevoir.

Oui vous avez bien lu, le périmètre financier du projet Jonetsu est en dessous des 10 000 €.
Comme quoi, on peut faire beaucoup de choses avec peu d’argent. 🙂

Dans le détail, nous avons donc :

  • 8 881,87 € de charges
  • 9 797,97 € de produits

D’où un résultat de + 916,10 €.

Pour la première fois depuis le début du projet, ce résultat a été obtenu sans le moindre apport de la part des membres ou des associations mères de Nijikai.

Le surplus ainsi dégagé sera provisionné pour être réinvesti, notamment lorsque nous devrons passer le cap d’un futur changement de salle. Celui-ci deviendra nécessaire au fil de l’augmentation de la fréquentation et des demandes de stands.

Conférences

Comme à chaque édition, nos conférences ont beaucoup porté sur l’animation.

C’est un choix plus ou moins conscient de notre part, vu que nous sommes avant tout des fans d’animation. Mais cela peut néanmoins constituer un axe d’amélioration, notamment en remontant un peu la part des conférences sur le manga.

Tetho et Yoka toujours aussi bogosses sur scène

Les retours sur les conférences sont variables. Le public semble avoir énormément apprécié la conférence de Thomas Roussel sur la sculpture numérique mais également celle d’Ahmed Agne sur la méthode Ki-oon.

Tetho et Ahmed Agne en conférence

Les retours sont moins bons sur l’histoire du cosplay et sur l’intervention de Masako Sakano. Plus que le contenu, ce sont surtout le rythme et la forme qui sont en cause. Il faut savoir que ce sont justement ces deux conférences que nous avons préparées en dernier parmi celles que nous proposions. Il nous faudra donc améliorer nos délais de prise en charge des intervenants pour les prochaines éditions.

La conférence sur les origines du cosplay

Cette année, nous avons cependant grandement gagné en qualité technique lors des conférences : moins de soucis pour les supports vidéo des conférenciers, un prêt conséquent de meilleur matériel de la part du CLCF, et une gestion des caméra aux petits oignons. Cela devrait permettre de sortir plus facilement les vidéos des conférences.
Bien entendu, nous sommes toujours preneurs de coups de main pour réaliser les montages. Alors, si vous voulez participer, manifestez-vous ! 😉

Une vue sur la technique des conférences

Mais ce dont nous sommes le plus fier, c’est la diffusion de Dokyugure.
Quelques personnes sont venues du Royaume-Uni, d’Italie et même des États-Unis pour le voir !
Et au-delà de l’évènement en lui-même, cela a eu pour effet de mettre en lumière ce documentaire pour bon nombre de gens qui en ignoraient l’existence.

Dokyugure, le making of de Gurren Lagann

Le réalisateur Mario Hirasaka nous a confié que le nombre de vues de l’extrait qu’il a posté sur Vimeo a littéralement explosé. Il a reçu plusieurs demandes pour d’autres diffusions en Europe comme en Amérique, et cela l’a grandement remotivé à faire de nouveaux projets.
Nous remercions tous ceux qui ont relayé l’information, et en particulier Marc Aguesse de Catsuka, qui a parfaitement saisi les enjeux derrière cette diffusion.

Rencontres

Nous sommes heureux également d’avoir pu proposer des séances de discussions avec Yukio Takatsu et Masako Sakano. Ce format de rencontre plus ou moins informelle avec des professionnels est quelque chose que nous souhaitions mettre en place depuis longtemps déjà, et nous avons enfin pu le réaliser.

Discussion avec Yukio Takatsu

Mme Sakano y a notamment montré de véritables trésors : ses dessins originaux de Chihiro, Totoro et Nausicaä, que les participants ont pu feuilleter directement.

Des feuillets d’animation du Voyage de Chihiro

Stands

La gestion des stands n’a pas été de tous repos cette année, aussi bien en amont que sur place.

On vous en parlait en janvier, la sélection est de plus en plus difficile car le nombre et la qualité des candidatures augmentent. Mais l’espace disponible, lui, n’est pas extensible. Des idées sont à l’étude pour optimiser encore d’avantage l’espace dont nous disposons, sans pour autant perdre la facilité de circulation dans la salle principale, qui contribue grandement à la qualité d’ambiance de la convention.

Les allées des stands créatifs de la convention

Pendant la tenue de la convention, nous avons eu à faire face à une controverse concernant l’un de nos exposants, accusé de faire du tracing sur des œuvres existantes.
L’enjeu était délicat : il ne fallait pas agir dans la précipitation et bien vérifier les faits avant de faire toute action ; mais nous ne pouvions pas non plus rester sans réagir. Au final, le stand a été retiré à l’initiative de l’artiste et le tout s’est assez bien terminé.
C’était une première pour nous, mais nous en tirons les leçons. Nous avons d’ailleurs déjà commencé à réfléchir pour améliorer notre gestion de ce type de situations délicates pendant la convention.

Ces quelques soucis mis à part, la convention s’est très bien passée sur les différents stands, avec une meilleure diversité de contenu que les années précédentes et une fréquentation plus apte à satisfaire les créatifs présents.

Sedeto en pleine séance de dessin

Nous sommes en train de faire des demandes de retours plus complets auprès des exposants. Mais sur place, la plupart ont semblé satisfaits de leur présence dans la convention.

Diguito et Melfis, vus de haut

La galerie extérieure a quant à elle encore gagné en visibilité et en contenu. Les artistes sont de plus en plus nombreux à y participer, et leurs œuvres sont vues et appréciées par de plus en plus de monde, une fois sur place.

La galerie des Colonnes, arborant les œuvres des différents artistes

Live painting

Le live painting en action

À chaque édition, nous cherchons à améliorer la mise en valeur du live painting. Cette année, nous avons donc essayé de lui donner une scène dédiée, avec une vingtaine de sièges pour le public et deux écrans (un pour les premiers rangs et un autre visible de loin).

Il s’agit de la meilleure configuration que nous ayons jamais mis en place pour cette activité, et le public comme les artistes ne s’y sont pas trompés en répondant davantage présents que lors des éditions précédentes.

Petite compilation du live painting du samedi, de gauche à droite et de haut en bas :
Wanini, Pellichi, Sedeto, Contes de la Fleur d’Équinoxe, Art of K

Activités

Le stand activités avec Forum Thalie aux manettes

Les jeux de Forum Thalie mettent toujours une ambiance très sympathique dans la convention, et permettent même aux créatifs les plus proches de l’espace activités de participer à leur manière.

Les ateliers des Amis de l’imprimé populaire sont quant à eux tournés sur la créativité, et invitent sur scène les visiteurs de tous âges pour participer à la grande aventure du fanzinat. Seul regret à noter : la conférence présentée par cette association qui s’est tenue dans l’espace activités. C’était une sorte de « test » pour la viabilité des conférences à cet endroit, et qui en a bien montré les limites.

Les questions vicieuses des activités de Thalie

Côté chant, depuis plusieurs éditions, la convention est l’occasion pour Karaoke Mugen d’effectuer des tests grandeur nature de leur toute dernière version. Cela a pu occasionner quelques couacs en début de journée lorsqu’un bug venu de nulle part s’est immiscé dans le système. Mais l’équipe de Karaoke Mugen a su gérer la situation qui est rentrée dans l’ordre sans réel souci.

Cosplay

Une partie de nos efforts cette année était dirigée vers l’amélioration de l’accueil des cosplayeurs.

Les participants du concours et défilé de cosplay

Cela a porté ses fruits : par rapport à l’an dernier, le nombre de participants au cosplay a quintuplé. C’est un signe très encourageant pour nous et pour la mairie de Bourg-la-Reine. En effet, la municipalité s’implique chaque année dans l’organisation du concours, en participant au jury et en fournissant de magnifiques trophées pour les gagnants.

Les trophées du concours cosplay du samedi après-midi

Mais cela a aussi eu d’autres conséquences un peu moins sympathiques. L’affluence des cosplayeurs avant le concours a provoqué un engorgement des escaliers menant au premier étage de l’Agoreine durant une bonne partie de l’après-midi du samedi. Cela empêchait parfois un flux correct des visiteurs et pouvait potentiellement provoquer un accident.
C’est donc un point qu’il nous faudra prendre en compte pour la suite, en trouvant un espace plus adapté si cela nous est possible.

À côté de ça, le photoshoot cosplay a quant à lui gagné en qualité grâce à l’intervention des Capteurs de l’Imaginaire, qui se sont dits ravis de leur expérience sur la convention.

Daenerys se fait une séance photoshoot juste avant d’aller cramer des péons sur son dragon

Le stand SOS cosplay de Kamen Créa a également eu beaucoup de succès auprès des cosplayers. Nombreux sont ceux qui se sont dits très soulagés de pouvoir effectuer des réparations d’urgence sur un costume.

Avant-première Liz et l’oiseau bleu

C’était la première fois que nous gérions ce type de projection cinéma, et cela a été mis en place assez tard dans le projet Jonetsu Ⅳ. Vous l’avez peut-être ressenti lors de votre accession à la billetterie de l’auditorium.

Une image des tests avant la projection

Au départ, nous voulions diffuser le film directement dans l’Agoreine, au sein même du festival. Mais cela n’a pas été possible à cause de contraintes réglementaires imposées par le CNC. Nous avons donc dû trouver une salle agréée pour une projection cinéma dans Bourg-la-Reine, et c’est pour cela que la projection a eu lieu à l’Auditorium du CRD de la ville.

Le public de l’avant-première de Liz et l’oiseau bleu

Toujours est-il que c’est un joli succès, question fréquentation, puisque nous avons rempli la plupart des sièges valides de la salle : 147 places sur 150.
Si cela est possible, nous essaierons donc de renouveler ce type d’initiatives en en profitant pour améliorer notre organisation.

Conclusion

Jonetsu Ⅳ était une édition de consolidation. Nous avons gardé la forme de l’année précédente en essayant de nous améliorer partout où il nous semblait possible de le faire. Certains choix se sont avérés payants, d’autres moins, mais la convention s’est très bien passée dans l’ensemble et nous sommes vraiment fiers du résultat obtenu.

Nous avons cependant repéré des points où nous pourrions encore améliorer les choses, et nous travaillerons en ce sens au cours des prochains mois. Nous sommes toujours preneurs de tous les retours possibles, aussi n’hésitez pas à nous faire des commentaires sur ce site ou sur les réseaux sociaux !

Il nous reste aussi à nous atteler au montages des conférences des dernières éditions et à compiler les photos de la convention.
Si vous avez des photos et vidéos de la convention que vous souhaitez partager, vous pouvez également nous les faire parvenir ici ou sur les réseaux sociaux. 😉

Le public de la convention

Merci encore à vous, chers exposants, intervenants et visiteurs, de nous aider à faire vivre ce projet de convention en répondant toujours plus présents au fil des années.

Nous vous donnons rendez-vous à la prochaine édition de Jonetsu pour partager ensemble toujours plus de PASSION.

1 comment on “Le bilan de Jonetsu Ⅳ”

  1. Jaerdoster Répondre

    Ça fait plaisir de voir une convention grandir et s’épanouir. Quand je me dis la convention est déjà aussi vieille qu’un de mes enfants, ça me fait bizarre.
    Bien que je me sois éloigné de tout ça et que ne ous aide plus depuis la 2.0, je continue de vous soutenir, alors ne lâchez rien, comme dirait Christine, et bon courage pour la prochaine.
    keur keur

Laisser un commentaire